1887

oa SAHARA : Journal of Social Aspects of HIV / AIDS Research Alliance - The association between social networks and self-rated risk of HIV infection among secondary school students in Moshi Municipality, Tanzania : original article

 

Abstract

This study describes the social networks of secondary school students in Moshi Municipality, and their association with self-rated risk of human immunodeficiency virus (HIV) infection. A cross-sectional analytical study was conducted among 300 students aged 15-24 years in 5 secondary schools in Moshi, Tanzania. Bonding networks were defined as social groupings of students participating in activities within the school, while bridging networks were groups that included students participating in social groupings from outside of the school environs. A structured questionnaire was used to ask about participation in bonding and bridging social networks and self-rated HIV risk behavior. More participants participated in bonding networks (72%) than in bridging networks (29%). Participation in bridging networks was greater among females (25%) than males (12%, < .005). Of 300 participants, 88 (29%) were sexually experienced, and of these 62 (70%) considered themselves to be at low risk of HIV infection. Factors associated with self-rated risk of HIV included: type of school ( < .003), family structure ( < .008), being sexually experienced ( < .004), having had sex in the past three months ( < .009), having an extra sexual partner ( < .054) and non-condom use in last sexual intercourse ( < .001), but not the presence or type of social capital. The study found no association between bonding and bridging social networks on self-rated risk of HIV among study participants. However, sexually experienced participants rated themselves at low risk of HIV infection despite practicing unsafe sex. Efforts to raise adolescents' self-awareness of risk of HIV infection through life skills education and HIV/acquired immunodeficiency syndrome risk reduction strategies may be beneficial to students in this at-risk group.

Cette étude décrit les réseaux sociaux des élèves de l'école secondaire dans la Municipalité de Moshi, et leur association à l'autoévaluation du risque d'infection par le VIH. Une étude analytique transversale a été menée auprès de 300 étudiants âgés de 15 à 24 ans dans 5 écoles secondaires à Moshi, en Tanzanie. Les groupements sociaux d'étudiants qui participent aux activités au sein de l'école ont été définis « bonding networks » (réseaux qui créent des liens), tandis que les groupements qui comprennent des étudiants participants à des groupes sociaux à l'extérieur des environs de l'école on été définis « bridging networks » (réseaux qui créent des ponts). Un questionnaire structuré à été utilisé pour poser des questions sur la participation dans des réseaux sociaux « bonding » et « bridging » et l'auto-évaluation des comportements à risque pour le VIH. La plupart des participants participaient en « bonding networks » (72%) plutôt que en « bridging networks » (29%). La participation en « bridging network » était majeure parmi les femmes (25%) que parmi les hommes (12 %, < .005). Parmi les 300 participants, 88 (29%) ont eu des expériences sexuelles, et parmi ces derniers 62 (70%) se considéraient à faible risque d'infection par le VIH. Les facteurs associés à l'auto-évaluation du risque du VIH comprenaient : la typologie de l'école ( < .003), la structure familiale ( < .008), le fait d'avoir eu des expériences sexuelles ( < .004), le fait d'avoir eu des rapports sexuelles dans les derniers 3 mois ( < .009), la présence de plus d'un partenaire sexuel ( < .054) et la non utilisation du préservatif pendant le ernier rapport sexuel ( < .001), mais pas la présence ou la typologie des relations. Cette étude n'a pas relevé d'associations entre les réseaux sociaux « bonding » et « bridging » et l'auto-évaluation du risqué du VIH parmi les participants à cette étude. Cependant, les participants qui ont eu des experiences sexuelles se considéraient à faible risque d'infection même s'ils avaient des pratiques sexuelles à risque. Des efforts visant à augmenter parmi les adolescents la conscience du risque d'infection par le VIH par une éducations aux « life skills » et des stratégies de réduction du risque du VIH/SIDA pourraient être bénéfiques pour les étudiants dans ce groupe à risque.

Loading

Article metrics loading...

/content/m_sahara/10/3-4/EJC152781
2013-09-01
2016-12-07
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error