1887

oa SAHARA : Journal of Social Aspects of HIV / AIDS Research Alliance - Acceptability, feasibility and challenges of implementing an HIV prevention intervention for people living with HIV/AIDS among healthcare providers in Mozambique : results of a qualitative study : original article

 

Abstract

Despite the Mozambique government's efforts to curb human immunodeficiency virus (HIV)/acquired immune deficiency syndrome (AIDS), national prevalence is 11.5% and support is needed to expand HIV related services and improve program quality. Positive prevention (PP) programs, which prioritize HIV prevention with people living with HIV and AIDS (PLHIV), have been recognized as an important intervention for preventing new HIV infections. To address this, an evidence based PP training intervention was implemented with HIV healthcare providers in Mozambique. This study focuses on the acceptability and feasibility of a PP intervention in HIV clinics from the healthcare provider perspective. In depth interviews were conducted with 31 healthcare providers from three provinces who participated in PP trainings in Mozambique. Interview data were coded using content analysis. Study data suggest that healthcare providers found PP acceptable, feasible to implement in their HIV work in clinic settings, and valued this strategy to improve HIV prevention. The PP training also led providers to feel more comfortable counseling their patients about prevention, with a more holistic approach that included HIV testing, treatment and encouraging PLHIV to live positively. While overall acceptance of the PP training was positive, several barriers to feasibility surfaced in the data. Patient level barriers included resistance to disclosing HIV status due to fear of stigma and discrimination, difficulty negotiating for condom use, difficulty engaging men in testing and treatment, and the effects of poverty on accessing care. Providers also identified work environment barriers including high patient load, time constraints, and frequent staff turnover. Recognizing PP as an important intervention, healthcare providers should be trained to provide comprehensive prevention, care and treatment for PLHIV. Further work is needed to explore the complex social dynamics and cultural challenges such as gender inequalities, stigma and discrimination which hinder the full impact of PP interventions in this context.

Malgré les efforts du gouvernement mozambicain dans la lutte contre le VIH/SIDA, le taux national de séroprévalence est de 11,5% et un soutien est indispensable pour développer les services liés au VIH et améliorer la qualité des programmes. Les programmes de Prévention Positive (PP) qui mettent l'accent sur la prévention du VIH auprès des Personnes Vivant avec le VIH et le SIDA (PVVIH) ont été reconnus comme une importante mesure dans la prévention de nouvelles infections au VIH. C'est dans ce but qu'une formation de prévention basée sur les preuves a été mise en oeuvre avec des fournisseurs de soins médicaux impliqués dans la lutte contre le VIH au Mozambique. Cette étude porte sur la manière dont les fournisseurs de soins médicaux perçoivent l'acceptabilité et la faisabilité d'un programme de PP dans les cliniques traitant le VIH. Des entretiens en profondeur ont été menés auprès de 31 fournisseurs de soins dans trois provinces qui ont participé à des formations à la PP au Mozambique. Les données de ces entretiens ont été codées selon la technique d'analyse de contenu. Elles suggèrent que les fournisseurs de soins médicaux trouvent la PP acceptable et applicable dans leur travail sur le VIH en milieu clinique et accordent de l'importance à cette stratégie visant à améliorer la prévention du VIH. La formation à la PP a également permis aux fournisseurs de soins médicaux de conseiller plus aisément leurs patients sur les moyens de prévention grâce à une approche plus holistique comprenant le dépistage du VIH, un traitement et encourageant les PVVIH à vivre de manière positive. Bien que la formation à la PP ait généralement été acceptée, plusieurs obstacles à sa mise en place sont apparus dans les données. Parmi les obstacles liés aux patients on trouve une résistance à divulguer la séropositivité par peur de stigmatisation et discrimination, la difficulté à négocier l'utilisation du préservatif, la difficulté d'inciter les hommes à faire des examens et suivre un traitement médical, ainsi que la question de l'accès aux soins pour les plus démunis. Ces fournisseurs de soins ont également identifié les obstacles liés à leur environnement de travail, notamment le nombre élevé de patients, les contraintes de temps et le fréquent roulement de personnel. Percevant la PP comme une mesure très importante, ces fournisseurs considèrent qu'ils devraient être formés de manière à pouvoir offrir aux PVVIH des services complets dans les domaines de la prévention, des soins et traitements. D'autres études sont à présent nécessaires pour explorer les dynamiques sociales complexes et les défis culturels tels que l'inégalité entre les sexes, la stigmatisation et la discrimination, qui dans ce contexte limitent la portée des interventions de la PP.

Loading

Article metrics loading...

/content/m_sahara/12/1/EJC174433
2015-01-01
2016-12-07
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error