1887

oa SAHARA : Journal of Social Aspects of HIV / AIDS Research Alliance - Rapid assessment of drug use and sexual HIV risk patterns among vulnerable drug-using populations in Cape Town, Durban and Pretoria, South Africa

 

Abstract

This exploratory study examines the links between drug use and high-risk sexual practices and HIV in vulnerable drug-using populations in South Africa, including commercial sex workers (CSWs), men who have sex with men (MSM), injecting drug users (IDUs) and non-injecting drug users who are not CSWs or MSM (NIDUs). A rapid assessment ethnographic study was undertaken using observation, mapping, key informant interviews and focus groups in known 'hotspots' for drug use and sexual risk in Cape Town, Durban and Pretoria. Key informant (KI) and focus group interviews involved drug users and service providers. Purposeful snowball sampling and street intercepts were used to recruit drug users. Outcome measures included drug-related sexual HIV risk behaviour, and risk behaviour related to injection drug use, as well as issues related to service use. HIV testing of drug-using KIs was conducted using the SmartCheck Rapid HIV-1 Antibody Test. Non-injection drug use (mainly cannabis, methaqualone, crack cocaine and crystal methamphetamine) and injection drug use (mainly heroin) was occurring in these cities. Drug users report selling sex for money to buy drugs, and CSWs used drugs before, during and after sex. Most (70%) of the drug-using KIs offered HIV testing accepted and 28% were positive, with rates highest among CSWs and MSM. IDUs reported engaging in needle sharing and needle disposal practices that put them and others at risk for contracting HIV. There was a widespread lack of awareness about where to access HIV treatment and preventive services, and numerous barriers to accessing appropriate HIV and drug-intervention services were reported. Multiple risk behaviours of vulnerable populations and lack of access to HIV prevention services could accelerate the diffusion of HIV. Targeted interventions could play an important role in limiting the spread of HIV in and through these under-reached and vulnerable populations.

Cette étude exploratoire aborde les liens entre la consommation de drogues et les habitudes sexuelles à haut risque et le VIH parmi des populations vulnérables de consommateurs en Afrique du Sud. Ajouté à ceci sont des travailleurs du sexe (), les hommes qui ont des rapports sexuels avec d'autres hommes (HSH), les consommateurs de drogues injectables (CDI) et les consommateurs de drogues non-injectables qui ne sont ni ni HSH (CDNI). Une étude d'évaluation ethnographique rapide a été faite au Cap, à Durban et à Pretoria sur la consommation de drogues et le risque sexuel, à travers l'observation, la cartographie, les entretiens avec les informateurs principaux et des groupes de foyer des 'quartiers chauds'. Les entretiens avec les informateurs principaux et de groupes de foyer visaient les consommateurs de drogues et des prestataires de services. L'échantillonnage boule de neige et interception des gens dans la rue ont été utilisés pour recruter les consommateurs de drogues. La mesure de résultats avait, entre autres, le comportement sexuel à risque de VIH lié à la consommation de drogues injectables, ainsi que les questions liées à l'utilisation des services. Le dépistage de VIH auprès des informateurs principaux qui étaient eux-mêmes consommateurs de drogues à été fait par le biais du . La consommation de drogues non-injectables (notamment le cannabis, le méthaqualone, la cocaïne et le méthamphétamine en cristaux et les drogues injectables (soit l'héroïne) a lieu dans ces villes. Les consommateurs de drogues signalent qu'ils vendent le sexe pour obtenir l'argent pour acheter de la drogue. Les travailleurs du sexe prennent le drogue avant, durant et après les rapports sexuels. La plupart (70%) des informateurs prenant la drogue ont accepté le dépistage offert. Il se trouve que 28% d'entre eux sont séropositifs. Le taux le plus élevé est chez les travailleurs du sexe et les HSH. Les CDI ont avoué se partager les aiguilles et aux habitudes de jeter ces aiguilles qui mettent les usagers et les autres personnes à risque d'infection par le VIH. Il y a un manque étendu de prise de conscience des lieux où l'on peut avoir accès au traitement du VIH et aux services de prévention. On a signalé plusieurs obstacles à l'accès adéquat aux services d'intervention de VIH et de la drogue. Les comportements à risques multiples de populations vulnérables et le manque d'accès aux services de prévention au VIH pourraient accélérer la propagation du VIH. Les interventions ciblées pourraient jouer un rôle important à restreindre la propagation du VIH dans et à travers ces populations vulnérables et moins atteintes.

Loading

Article metrics loading...

/content/m_sahara/5/3/EJC64387
2008-09-01
2016-12-05
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error