1887

oa SAHARA : Journal of Social Aspects of HIV / AIDS Research Alliance - Military men and sexual practices : discourses of 'othering' in safer sex in the light of HIV / AIDS : original article

 

Abstract

Despite recent reports that there is increasing condom use, generally resistance to condom use is still high. This paper focuses on factors inhibiting condom use and explores issues of responsibility for safe sex practices to prevent infection among a group of 14 South African male soldiers. Military men are particularly vulnerable to HIV because of their working conditions; for example, working far from home and being among communities where they have greater economic and political power, as well as in relation to their identities and sexualities as men, and how that is exaggerated by the institutional framework of the military. The data in this paper were drawn from a larger qualitative study exploring a group of military men's narratives on their masculinity, sexuality, sexual relationships and HIV / AIDS. Semi-structured interviews were the main data collection method, and the interview transcripts were analysed primarily through interpretive discourse analysis. Findings of this study show that most participants used the socially desirable discourse that safe sex practices (specifically condom use) should be everybody's responsibility. However, there was also the discourse of the 'other' responsible person, which was linked to gender, race, ethnicity, education and rank. The paper concludes with a recommendation that tackling HIV in the military needs to involve the rigorous examination of social factors such as gender, race and ethnicity.

En dépit des rapports récents indiquant que l'utilisation du préservatif est en hausse, la résistance à l'utiliser est généralement toujours élevée. Cet article se concentre sur les forces qui inhibent l'utilisation du préservatif et étudie les questions de responsabilité dans les pratiques sexuelles à moindre risque afin d'éviter l'infection dans un groupe composé de 14 soldats sud-africains de sexe masculin. Les militaires sont particulièrement vulnérables au VIH du fait de leurs conditions de travail; par exemple, le fait de travailler loin de chez eux et de se trouver dans des communautés où ils disposent d'un pouvoir économique et politique plus important, ainsi que le rapport à leurs identités et sexualités en tant qu'hommes, et la manière dont cela est exagéré par le cadre institutionnel de l'armée. Les données de cet article sont tirées d'une importante étude qualitative étudiant les récits d'un groupe de militaires de sexe masculin sur leur masculinité, leur sexualité, leurs relations sexuelles et le VIH / SIDA. La principale méthode de collecte des données a consisté en entretiens semi-structurés, dont les transcriptions ont été essentiellement analysées par une analyse du discours interprétatif. Les conclusions de cette étude révèlent que la plupart des participants ont utilisé le discours socialement accepté selon lequel les pratiques sexuelles à moindre risque (en particulier l'utilisation du préservatif) doivent être de la responsabilité de chacun. Cependant, le discours 'désignant l'autre' personne responsable, discours qui était lié au sexe, à la race, à l'ethnicité, à l'éducation et au rang, est également apparu. L'article conclut en recommandant que pour s'attaquer au VIH dans l'armée, il est nécessaire de faire intervenir une étude rigoureuse des facteurs sociaux tels que le sexe, la race et l'ethnicité.

Loading

Article metrics loading...

/content/m_sahara/6/1/EJC64396
2009-03-01
2016-12-06
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error