1887

oa SAHARA : Journal of Social Aspects of HIV / AIDS Research Alliance - Factors underlying taking a child to HIV care : implications for reducing loss to follow-up among HIV-infected and -exposed children

 

Abstract

With the aim of reducing pediatric loss to follow-up (LTFU) from HIV clinical care programs in sub-Saharan Africa, we sought to understand the personal and socio-cultural factors associated with the behavior of caregivers taking HIV-infected and -exposed children for care in western Kenya.


Between May and August, 2010, in-depth interviews were conducted with 26 purposively sampled caregivers caring for HIV-infected (7), HIV-exposed (17) and HIV-unknown status (2) children, documented as LTFU from an urban and rural HIV care clinic. All were women with a majority (77%) being biological parents. Interviews were audio-recorded, transcribed and content analyzed.
Thematic content analysis of the women's perceptions revealed that their decision about routinely taking their children to HIV care involved multiple levels of factors including: (1) intrapersonal: transport costs, food availability, time constraints due to work commitment, disclosure of HIV status for both mother and child, perception that child is healthy and religious beliefs; (2) interpersonal: unsupportive male partner, stigma by the family and family conflicts; (3) community: cultural norms, changing community dynamics and perceived stigma; (4) health care system: clinic location, lack of patient-centered care, delays at the clinic and different appointment schedules (mother and child). Furthermore, the factors across these different levels interacted with each other in a complex way, illustrating the challenges women face in taking their children to HIV care.
The complexity and interconnectedness of the factors underlying retention of children in HIV care perceived by these women caregivers suggests that interventions to reduce pediatric LTFU need to be holistic and address multiple socio-ecological levels. Patient-centered care that integrates a family-centered approach to HIV pediatric care is recommended.

Dans l'objectif de réduire les perdus de vue pédiatriques dans les programmes de prise en charge clinique du VIH en Afrique subsaharienne, nous avons cherché à comprendre les facteurs personnels et socioculturels associés au comportement des aidants emmenant les enfants séropositifs et exposés au VIH à leurs sessions de traitement à l'Ouest du Kenya.


De mai à août 2010, des entretiens détaillés ont été menés auprès de 26 aidants sélectionnés à cette fin en charge d'enfants séropositifs (7), exposés au VIH (17) et de statut sérologique inconnu (2), documentés comme perdus de vue à partir d'un centre de traitement du VIH urbain et rural. Tous étaient des femmes, et une majorité d'entre elles (77 %) étaient les parents biologiques de ces enfants. Les entretiens ont été enregistrés sur cassette, retranscrits et leur contenu analysés.
L'analyse thématique du contenu des perceptions des femmes a révélé que leurs décisions quant au fait d'emmener leurs enfants en traitement pour le VIH impliquaient des facteurs à plusieurs niveaux, et notamment aux niveaux suivants : 1) intrapersonnel : les frais de transport, la disponibilité alimentaire, les contraintes de temps associées aux obligations professionnelles, la divulgation de la sérologie pour la mère comme pour l'enfant, la perception que l'enfant est en bonne santé, les croyances religieuses ; 2) interpersonnel : un partenaire masculin s'opposant à une telle décision, la stigmatisation par la famille, les conflits familiaux ; 2) communautaire : les normes culturelles, les dynamiques communautaires changeantes, la stigmatisation perçue ; 4) le système de santé : la localisation géographique du centre de soins, des horaires de rendez-vous différents (pour la mère et l'enfant). De plus, les facteurs de ces différents niveaux interagissaient entre eux de manière complexe, illustrant les défis auxquels les femmes se trouvent confrontées pour emmener leurs enfants recevoir un traitement contre le VIH.
La complexité et l'interconnexion des facteurs sous-tendant la rétention des enfants suivant un traitement pour le VIH telles qu'elles sont perçues par ces femmes aidantes suggèrent que les interventions visant à réduire la perte de vue pédiatrique doivent être holistiques et intervenir à différents niveaux socio-écologiques. Une prise en charge centrée sur le patient, intégrant une approche à la prise en charge pédiatrique du VIH centrée sur la famille, est recommandée.

Loading

Article metrics loading...

/content/m_sahara/9/1/EJC126529
2012-03-01
2016-12-05
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error