1887

n African Journal of Democracy and Governance - Rôle de la société civile dans le « champ » des élections, recomposition de l’ordre politique et renouvellement de l’élite gouvernante en Afrique : Analyse comparée des trajectoires du Sénégal et du Cameroun - research

Volume 5 Number 4
  • ISSN : 2313-6529

Abstract

This article helps test the conventional wisdom on transition that democratisation processes contribute to the renewal of ruling elites while connecting them to the global experience of democracy. The role played by civil society in the electoral process during the transition can also lead to the contrary. The democratisation process contributes to the restructuring of an arena in which different organised pretentions supported by political parties emerge and compete for the conquest or preservation of power. The article shows that despite its organisation, the electoral process functions as a referee and can contribute to these changes or not. A comparative study of the Cameroonian and Senegalese experiences helps understand that when it is well structured and politically involved in the electoral process, civil society can facilitate the reinvention of the political order and to the renewal of the ruling elites as in Senegal. However, as in Cameroon, a weak and politically disengaged civil society can open the door to the manipulation of the electoral process and compromise democratic transition with a negative impact of the renewal of the ruling elites.

Le présent article permet de vérifier la thèse généralement sur la transition que les processus de démocratisation favorisent le renouvellement des élites au pouvoir en même temps qu’ils connectent à l’expérience globale de la démocratie. Le processus de démocratisation peut aussi conduire à des résultats contraires en fonction du rôle joué par la société civile dans le processus électoral en situation de transition. Le processus de démocratisation permet la structuration d’une arène qui voit se produire et se mettre en compétition différentes prétentions organisées autour des partis politiques en vue de la conquête ou de la conservation du pouvoir. L’article montre que quelle que soit son organisation, c’est au processus électoral qu’il revient d’arbitrer et de faire émerger ces mutations ou non. Une étude comparée des expériences du Cameroun et du Sénégal permet de faire la conjecture qu’une société civile structurée et politiquement engagée dans le processus électoral peut faciliter la réinvention de l’ordre politique et le renouvellement des élites politiques comme au Sénégal. Par contre, dans le cas du Cameroun, une société civile faible et politiquement inactive peut ouvrir la voie à la manipulation du processus électoral et compromettre la transition vers la démocratie avec des conséquences négatives sur le renouvellement des élites politiques.

Loading full text...

Full text loading...

Loading

Article metrics loading...

/content/journal/10520/EJC-1520e2b587
2018-12-01
2019-06-24

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error