1887

oa SAHARA : Journal of Social Aspects of HIV / AIDS Research Alliance - Parental HIV disclosure in Burkina Faso : experiences and challenges in the era of HAART : original article

Supplement 1
  • ISSN : 1729-0376

 

Abstract

Increasingly parents living with HIV will have to confront the dilemmas of concealing their lifelong treatment or disclosing to their children exposed to their daily treatment practices. However, limited data are available regarding parental HIV disclosure to children in Burkina Faso. Do parents on antiretroviral therapy disclose their HIV status to their children? What drives them? How do they proceed and how do children respond? We conducted in-depth interviews with 63 parents of children aged seven and above where the parents had been in treatment for more than 3 years in two major cities of Burkina Faso. Interviews addressed parental disclosure and the children's role in their parents' treatment. The rate of parental HIV status disclosure is as high as that of non-disclosure. Factors associated with parental disclosure include female sex, parent's older age, parent's marital history and number of children. After adjustment, it appears that the only factor remaining associated with parental disclosure was the female gender of the parent. In most of the cases, children suspected, and among non-disclosers many believed their children already knew without formal disclosure. Age of the children and history of divorce or widowhood were associated with parental disclosure. Most parents believed children do not have the necessary emotional skills to understand or that they cannot keep a secret. However, parents who disclosed to their children did not experience blame nor was their secret revealed. Rather, children became treatment supporters. Challenges to parental HIV disclosure to children are neither essential nor specific since disclosure to adults is already difficult because of perceived risk of public disclosure and subsequent stigma. However, whether aware or not of their parents' HIV-positive status, children contribute positively to the care of parents living with HIV. Perceptions about children's vulnerability and will to protect them against stigma lead parents to delay disclosure and not to overwhelm them with their experience of living with HIV. Finally, without institutional counselling support, disclosure to children remains a challenge for both parents and children, which suggests a need for rethinking of current counselling practices.

Les parents vivant avec le VIH sont de plus en plus confrontés au dilemme de savoir s'ils doivent cacher ou au contraire dévoiler leur maladie à leurs enfants qui sont les témoins quotidiens de leurs prises de médicaments. Il existe toutefois peu de données concernant la question de l'annonce de l'infection à VIH des parents aux enfants au Burkina Faso. Les parents sous traitement antirétroviral dévoilent-ils leur statut à leurs enfants? Quelles sont leurs motivations? Comment procèdent-ils et quelles sont les réactions des enfants? Nous avons conduit des entretiens approfondis avec soixante-trois parents d'enfants âgés de plus de sept ans, qui étaient sous traitement depuis plus de trois ans. L'étude a été menée dans les deux principales villes du Burkina Faso. Les entretiens abordaient notamment la question de l'annonce de la maladie des parents aux enfants et le rôle de ces derniers dans le traitement parental. Le pourcentage de parents ayant révélé leur statut est semblable à celui des parents n'ayant pas informé leurs enfants. Les facteurs associés à l'annonce parentale sont le fait d'être de sexe féminin, l'âge plus avancé des parents, l'histoire conjugale et le nombre d'enfants. Après ajustement, le seul facteur positivement associé à l'annonce et le fait d'être une femme. Dans la plupart des cas, les enfants soupçonnaient la maladie du parent, sachant que parmi les parents n'ayant pas informés leurs enfants, nombreux pensent que ceux-ci suspectent leur maladie bien que n'ayant pas été formellement informés. L'âge des enfants ainsi que les situations de divorce ou veuvage sont associées à la révélation parentale. La plupart des parents considéraient que les enfants n'avaient pas les compétences émotionnelles nécessaires pour comprendre ou qu'ils ne pouvaientpas garder un secret. Cependant, les parents ayant informé leurs enfants n'ont pas été blâmés et n'ont pas vu leur secret dévoilé. Les enfants sont au contraire devenus un soutien dans le traitement des parents. Le défi inhérent à la révélation de la maladie des parents aux enfants n'est pas spécifique et ne doit pas être essentialisé, l'annonce entre adultes étant également difficile en raison de la crainte d'une révélation publique et de la stigmatisation. Pourtant, qu'ils soient ou non informés de la maladie de la séropositivité de leurs parents, les enfants contribuent aux soins de leurs parents vivant avec le VIH. Leurs perceptions de la 'vulnérabilité' des enfants et leur volonté de les protéger de la stigmatisation amènent les parents à ajourner l'annonce afin de ne pas imposer aux enfants l'expérience difficile de la maladie. Au final, en l'absence de soutien institutionnel en matière de conseil, l'annonce aux enfants demeure une épreuve pour les parents autant que les enfants, nécessitant de repenser les pratiques actuelles de conseil.

Loading full text...

Full text loading...

Loading

Article metrics loading...

/content/m_sahara/10/sup-1/EJC138278
2013-07-01
2016-12-09

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error